En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Julián Carrillo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur mexicain (Ahualulco 1875 – Mexico 1965).

Il fit ses études à Mexico et, de 1899 à 1904, à Leipzig (composition, direction d'orchestre et violon) et à Gand (violon). Il se lia alors avec Romain Rolland, Saint-Saëns et Debussy. De 1906 à 1924, il joua un rôle important dans la vie musicale de son pays ­ fondation de l'orchestre et du quatuor Beethoven (1909), direction du Conservatoire national de Mexico (1913, puis 1920-1924) ­ et à New York. Après plusieurs partitions académiques, dont la symphonie no 1 en (1901) et la symphonie no 2 en ut (1908), et tout en explorant l'atonalité (4 quatuors à cordes atonaux, 1917-1920), il orienta ses recherches vers le dépassement du système tempéré traditionnel pour aboutir à un système fondé sur les micro-intervalles, et codifié par lui aux alentours de 1920. Il fut ainsi l'un des premiers à écrire des œuvres en quarts, tiers, huitièmes et seizièmes de ton : ainsi Preludio a Colón pour petit orchestre (1922), 3 Columbias pour orchestre (1926-1930), ou Fantasía Sonido 13 pour petit orchestre (1931). Horizontes (1950) est un prélude pour petit orchestre en quarts, huitièmes et seizièmes de ton, accompagné par un orchestre en demi-tons traditionnels, et Preludio 29 de Septiembre pour piano (1949) va jusqu'à utiliser les trentièmes de ton. Pour tous ces ouvrages, il fit naturellement construire les instruments ­ pianos, flûtes, clarinettes, harpes, etc. ­ appropriés, en particulier quinze pianos qu'on put voir à l'Exposition universelle de Bruxelles en 1958. Un de ses principaux champions, à partir de 1926, fut Leopold Stokowski, et son disciple le plus éminent, actuellement, est le Français Jean-Étienne Marie.

Sa musique, extrêmement intéressante sur le plan sonore, n'en reste pas moins fidèle pour l'essentiel aux formes et à l'esthétique postromantiques, et ce avec de fortes résonances tonales (il divisa le ton en micro-intervalles, mais égaux entre eux). On lui doit également de nombreux écrits théoriques.