En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hans Guido von Bülow

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Pianiste, chef d'orchestre, compositeur et critique musical allemand (Dresde 1830 – Le Caire 1894).

Élève de Friedrich Wieck et de Franz Liszt, il fut l'un des pianistes les plus fameux de son temps, mais sa renommée comme chef d'orchestre ne fut pas moins grande. Il fut un merveilleux animateur de la vie musicale dans les villes où il exerça son activité de chef : Munich (1864-1869), Meiningen (1880-1885 ; il rendit célèbre dans l'Europe entière l'orchestre de la cour de ce petit duché d'Allemagne centrale), Hambourg et Berlin (1887-1892). Prototype du chef d'orchestre moderne, il se considérait comme entièrement au service des œuvres qu'il dirigeait et exigeait leur parfaite mise au point. Il défendait aussi bien les classiques que les jeunes compositeurs, et prenait souvent la parole devant son public pour expliquer les œuvres. Conquis par l'art wagnérien dès 1849, il dirigea les premières de Tristan et Isolde (1865) et des Maîtres chanteurs de Nuremberg (1868). En 1857, il avait épousé Cosima de Flavigny, fille de Liszt, qui le quitta pour devenir la compagne de Wagner. Le divorce fut prononcé en 1870, mais, jusqu'en 1880, Bülow continua à défendre la cause wagnérienne. Bülow contribua à faire connaître Bach, Beethoven (notamment les dernières sonates pour piano, longtemps jugées incompréhensibles), Chopin, Liszt, Brahms, Richard Strauss. Parallèlement à la direction d'orchestre, il écrivit quelques partitions et eut une activité d'éditeur, de critique et de musicographe. Il demeure l'une des plus grandes intelligences musicales du xixe siècle.