En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Antoine Brumel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (v. 1460 – v. 1520).

Heurier à la cathédrale de Chartres en 1483, il fut nommé maître de chant des enfants à la cathédrale Saint-Pierre de Genève (1486-1492). Membre du chœur de Laon en 1497, il devint maître des enfants à Notre-Dame de Paris (1498-1500). Il vécut ensuite, peut-être, à Lyon, avant d'occuper le poste de maître de chapelle du duc de Ferrare, Alphonse Ier (1505).

Ses treize messes utilisent le cantus firmus, profane (l'Homme armé, Bergerette savoyenne, À l'ombre d'un buyssonnet) ou liturgique (Pro defunctis sur l'introït de Requiem æternam et le Dies iræ, une nouveauté en matière de teneur). Mais si, dans ses premières messes, comme l'Homme armé, le superius et le ténor commandent encore les deux autres voix, la messe De Beata Virgine, plus tardive, semble avoir été pensée à 4 voix et s'ouvre, bien que timidement, au style nouveau (souci de l'harmonie, homorythmie). La souplesse et la variété qu'apportent ces qualités expressives contrebalancent le caractère parfois trop accusé de ses connaissances purement techniques et son attachement premier à la tradition. Le motet Laudate Dominum (il en a écrit environ une trentaine) est un excellent exemple de cet équilibre. En avançant dans sa carrière, Brumel accorde une attention spéciale à la déclamation (Sicut lilium inter spinas), à l'homorythmie (Missa Super Dringhs) et une place grandissante à la richesse sonore, signes d'une influence italienne directement subie.