En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Leo Brouwer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Guitariste et compositeur cubain (La Havane 1939).

Il a débuté dans la carrière de guitariste en 1956, après avoir travaillé avec un élève d'Emilio Pujol. Il a fait des études de composition de 1955 à 1959 à La Havane, en 1959-60 avec Vincent Persichetti et Stepan Wolpe, et, enfin, à l'université de Hartford. Il a ensuite occupé diverses fonctions officielles à La Havane, à l'Institut des arts et de l'industrie cinématographiques (comme directeur du département musical, puis du département de musique expérimentale), et au conservatoire (comme professeur d'harmonie et de contrepoint, puis de composition).

Des influences très diverses se décèlent dans la musique de Leo Brouwer, notamment celles d'lves, Cage, Nono, Kagel, Xenakis, qui ont déterminé un style s'orientant de plus en plus vers l'avant-garde, y compris vers la musique aléatoire. Le compositeur a été et demeure profondément engagé dans les réflexions et les bouleversements qui ont accompagné et suivi la révolution cubaine. Nombre de ses œuvres (La tradición se rompe pour orchestre, 1967-1969 ; Cantigas del tiempo nuevo pour acteurs, chœur d'enfants, piano, harpe et 2 percussionnistes, 1969) sont liées par leur thème à un contexte purement cubain, sans pour autant que leur écriture ressortisse à un quelconque nationalisme musical. Les compositions de Brouwer comprennent essentiellement des pièces pour diverses combinaisons instrumentales, dont un certain nombre pour ou avec guitare, et des pièces pour orchestre comme Sonograma II (1964) ou Hommage à Mingus pour ensemble de jazz et orchestre (1965). Il a écrit plusieurs dizaines de musiques de film.