En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Brixi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de compositeurs tchèques ayant exercé leur activité dans le nord-est de la Bohême.

Simon, organiste, chef de chœur et compositeur (Vlkav, près de Nymburg, 1693 – Prague 1735). Il vint en 1727 à Prague, où il fut nommé organiste et où il composa de nombreuses œuvres de musique religieuse.

František Xaver, compositeur (Prague 1732 – id. 1771). Fils de Simon, il devint orphelin à l'âge de cinq ans et doit son éducation très complète aux frères piaristes du collège de Kosmonosy. Il revint à Prague en 1750 comme organiste et fut nommé titulaire de l'instrument de la cathédrale Saint-Veit (1759-1771). Il mourut à trente-neuf ans de tuberculose.

F. X. Brixi a laissé une œuvre très abondante, surtout d'essence religieuse. Sa musique fut très appréciée dans toute la Bohême. Son style, direct et spontané, est affranchi de celui de ses prédécesseurs tout en s'appuyant sur une inspiration mélodique souvent populaire. Son abondante production sacrée comprend quelque 400 pièces (200 offertoires environ, 105 messes, 50 litanies et vêpres, 5 requiem, etc.). Sa musique instrumentale (Suite pour clavier, 5 concertos pour orgue ou clavecin, 2 symphonies, etc.) est réduite, mais annonce le style classique.

Viktorín Ignác, chef de chœur et compositeur (Plzeň 1716 – Poděbrady 1803). Élève, également, des frères piaristes à Kosmonosy (1731-1737), il fut organiste et recteur à Poděbrady. Introduit par František Benda, il resta deux ans à la cour de Frédéric II. Il composa des œuvres de musique religieuse.