En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Breitkopf

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille d'éditeurs de musique allemands.

La firme fut fondée, à Leipzig, en 1719, sur les bases d'une imprimerie remontant à 1542 par Bernhard Christoph Breitkopf (1695-1777). Elle imprima notamment des œuvres de Leopold Mozart, Telemann et Carl Philipp Emanuel Bach. Gottlob Immanuel (1719-1794), fils du précédent, développa l'entreprise tout en faisant paraître, chaque année ou presque, de 1762 à 1787, un précieux catalogue thématique des œuvres manuscrites ou imprimées qu'il avait en magasin (rééd. par Barry S. Brook, New York, 1966). Son fils Christoph Gottlob (1750-1800) s'associa en 1795 avec Gottfried Christoph Härtel (1763-1827), la maison devenant alors Breitkopf und Härtel. Härtel lui donna un second souffle en fondant la célèbre revue Allgemeine Musikalische Zeitung (1798-1848), en lui adjoignant une fabrique de pianos (1807) et en entreprenant l'édition des « œuvres complètes » de Mozart, Haydn, Clementi et d'autres musiciens. Breitkopf und Härtel publia également plusieurs ouvrages de Beethoven. Gottfried Christoph Härtel eut comme successeurs ses deux fils, Hermann (1803-1875) et Raimund (1810-1888), et ceux-ci, privés d'héritiers mâles, leurs neveux (fils de leurs deux sœurs) Wilhelm Volkmann (1837-1896) et Oskar von Hase (1846-1921). Suivirent, de génération en génération, Ludwig (1870-1947), Wilhelm (1898-1939) et Joachim (1926) Volkmann, et les fils d'Oskar von Hase, Hellmuth (1891-1979) et Martin (1901-1970). Leur frère Hermann von Hase (1880-1945) joua un rôle de 1910 à 1914. La maison, qui, au xixe siècle, avait compté parmi les fondateurs de la Bach-Gesellschaft et publié les œuvres complètes de Bach, possédait probablement à la veille de la dernière guerre le fonds musical le plus important du monde. Une grande partie de ses archives et de son matériel devait malheureusement disparaître dans un bombardement de Leipzig en 1943. Après la guerre, elle s'est retrouvée divisée du fait de la partition de l'Allemagne : l'ancienne maison mère, nationalisée en 1952, subsiste à Leipzig comme entreprise d'État, tandis qu'une filiale fondée à Wiesbaden en 1945 y existe depuis 1947 comme établissement indépendant. Après la réunification, le siège principal de la maison est demeuré à Wiesbaden, avec des filiales à Leipzig et à Paris. La direction est assurée depuis 1979 par Liselotte Sievers (1928), fille de Hellmuth von Hase, auparavant assistante de son père et de Joachim Volkmann.