En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bertolt Brecht

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Auteur dramatique allemand (Augsbourg 1898 – Berlin 1956).

La collaboration avec des musiciens se situe au cœur de sa production. Pour lui, ajoutée au texte, la musique, par sa seule présence, constituait une attaque contre l'atmosphère étroite, lourde et visqueuse des drames impressionnistes. Il écrivit des textes d'opéras mis en musique par Kurt Weill (l'Opéra de quat'sous, Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny, Celui qui dit oui, celui qui dit non) et Paul Dessau (le Procès de Lucullus). Avec Weill et le chorégraphe Balanchine, il conçut le ballet les Sept Péchés capitaux des petits-bourgeois. Pour Weill, Dessau, Hans Eisler, Hindemith, Brecht écrivit les textes de sorte de cantates et de songs, forme qui ne s'apparente guère à la chanson occidentale en général, française en particulier, ni même avec le couplet de la chanson, aiguisée d'une pointe politique, du xixe siècle. Le song est une arme plus acérée, qui évoque sans fard la condition ouvrière, qui stigmatise le mal, la misère, la cruauté, la bêtise. Dans les pièces de Brecht, les parties chantées retournent les situations, démasquent les personnages, procurent un point de vue nouveau (auquel correspond d'ailleurs un éclairage scénique particulier durant le chant), commentaire critique, souvent cruel, de l'action, trait de clarté orientant le spectateur. On doit aussi à Brecht un changement dans la façon d'envisager le chant, car il prit des acteurs, des danseurs et les fit passer du parler, du geste au chanter.