En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henry Dreyfus Brant

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur américain (Montréal 1913).

D'abord élève de son père, violoniste professionnel, il étudia ensuite au conservatoire de l'université McGill. En 1929, il s'établit avec sa famille à New York, où il continua ses études à l'lnstitute of Musical Art et à la Juilliard School, ainsi qu'avec Wallinford Riegger, George Antheil et Fritz Mahler. Dans les années 30, il fut orchestrateur et arrangeur pour Benny Goodman, puis composa et dirigea des œuvres radiophoniques, des ballets et de la musique de film à Hollywood, New York et en Europe. Il a enseigné à l'université Columbia (1945-1952), à la Juilliard School (1947-1954), et professe à Bennington College depuis 1957.

Influencé par Charles Ives, Brant a écrit, outre ses musiques de film et de théâtre, une bonne centaine d'œuvres ayant volontiers recours à des sonorités insolites, comme dans Angels and Devils, concerto pour flûte avec un orchestre de piccolos, flûtes, et flûtes alto (1931, première audition en 1933). À partir des années 50, en réaction contre les musiques ne faisant référence qu'à « un seul style », il s'est systématiquement attaché à « confronter, entre eux, deux (et de préférence davantage) types de musique entièrement différents ­ d'où des combinaisons aussi hétérogènes que celles suggérant à la fois un ensemble dixieland, un gamelan balinais et un cortège militaire ». De là l'intérêt du compositeur pour les musiques « spatiales » et les œuvres faisant appel à « deux groupes au moins, chacun conservant son propre style, irréductible au style des autres groupes, ainsi que ses propres schémas rythmiques, harmoniques et instrumentaux, en fonction de sa propre position, spécifique et isolée, dans la salle. Il n'y a pas d'échange de style ni de matériau de groupe à groupe ». Ces conceptions sont illustrées par Grand Universal Circus (1956), Voyage 4 (1963) ou encore Windjammer (1969).