En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Attilá Bozay

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur hongrois (Balatonfüzfö 1939 – Nordungarn 1999).

Il a fait ses études musicales à l'école de musique de Békéstarhos, puis à Budapest au Conservatoire Béla Bartók et à l'Académie Ferenc Liszt dans la classe de composition de Ferenc Farkas, d'où il est sorti en 1962. Nommé professeur de composition au conservatoire de Szeged (1962-63), il a été producteur à la radio hongroise (1963-1966), puis a séjourné à Paris grâce à une bourse de l'Unesco (1967). Depuis son retour en Hongrie, il s'est consacré exclusivement à la composition, remportant le prix Erkel en 1968.

Influencé à la fois par Webern et Bartók, Attilá Bozay use soit d'une structure très stricte d'origine sérielle, soit d'une forme très souple fondée sur la dynamique et les jeux de timbre. Il semble vouloir retrouver l'esprit du verbunkos tout en se servant de techniques de permutation (séries de Fibonacci et de Seiber). Il s'est imposé sur la scène internationale à côté de György Kurtág et de Zsolt Durkó, ses aînés. Son œuvre comprend essentiellement des compositions pour un instrument seul (piano, violon, violoncelle, cithare), de la musique de chambre pour différentes formations, dont 2 quatuors à cordes (1964, 1971), des pièces pour orchestre comme Pezzo concertato no 1 pour alto et orchestre (1965) et no 2 pour cithare et orchestre (1974-75), Pezzo sinfonico no 1 (1967) et no 2 (1975-76) et Variazioni (1977), et l'opéra la Reine Küngisz (1969).