En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

James Bowman

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Contre-ténor anglais (Oxford 1941).

Choriste à la cathédrale d'Ely en 1960, il débute au sein des maîtrises d'Oxford, ce qui lui évite une formation académique. En 1966, Benjamin Britten l'engage dans son English Opera Group pour chanter Oberon dans le Songe d'une nuit d'été. C'est le début d'une longue complicité qui amène Britten à lui destiner son Canticle IV, Journey of the Magi (1971) et le rôle d'Apollon dans Mort à Venise (1973). Il inspire aussi The Ice Break à Michael Tippett en 1977. Réhabilitant la tessiture de contre-ténor dans la musique contemporaine, il participe aussi à la redécouverte du répertoire baroque : dès 1967, il chante avec David Munrow et le Early Music Consort of London. Il s'impose dans les oratorios de Haendel, dont Rinaldo, mis en scène par Pizzi en 1981 à Vérone et en 1985 au Châtelet. Il effectue de nombreuses tournées avec Christopher Hogwood et assure des master-classes depuis 1990. Après Alfred Deller, dont il n'est pourtant pas un disciple, il a largement contribué à redonner à la voix de contre-ténor un rôle désormais reconnu.