En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Guillaume Bouzignac

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français, originaire du Languedoc (fin du xvie s. – apr. 1643).

Il devint enfant de chœur à la cathédrale de Narbonne avant de diriger, en 1609, la maîtrise de la cathédrale de Grenoble. Il fut un temps au service de G. de la Chanlonye, juge-prévôt à Angoulême. Il semble qu'il ait été maître des enfants à Rodez et à Tours. Il travailla aussi pour le duc de Montmorency, gouverneur du Languedoc. En fait, nos connaissances biographiques à son sujet sont très fragmentaires. Ajoutons à cela qu'il n'a laissé aucune œuvre imprimée ; mais les témoignages de ses compatriotes sont fort élogieux (Mersenne, Harmonie universelle, 1636 ; Gantez, l'Entretien des musiciens, 1641).

La musique de Bouzignac n'est accessible que dans deux manuscrits, conservés l'un à la bibliothèque de Tours, l'autre à la Bibliothèque nationale. Ils contiennent trois messes à 2, 3 et 7 voix, des motets, des psaumes, des hymnes (4 à 7 voix) et quatre chansons françaises. Une soixantaine de motets, des messes et les chansons françaises se trouvent dans des éditions modernes. Bien que dix œuvres seulement soient signées de la main de Bouzignac, on lui attribue généralement aujourd'hui la totalité des œuvres du manuscrit de Tours (96 pièces) et une vingtaine parmi celles du manuscrit de Paris.

À travers l'œuvre de Bouzignac, nous pouvons observer la pénétration en France de l'influence italienne, puisque le compositeur écrit dans un style proche du madrigal dramatique de Marenzio ou de Vecchi et cherche à traduire en musique tous les mots du texte, utilisant au besoin des audaces harmoniques et mélodiques. Ses motets révèlent un élément de tension de caractère quasi théâtral dans l'alternance du chœur et du soliste ou le dialogue des deux chœurs. Par exemple, des scènes sacrées tirées de la vie du Christ, comme Unus ex vobis ou encore Ecce homo, ont certainement contribué à l'avènement de l'oratorio en France. Dans ce domaine, Bouzignac se présente comme le précurseur de Marc-Antoine Charpentier.