En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bordeaux

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Cité aristocratique, universitaire, prospère et très ouverte aux influences d'outre-mer, la capitale de l'Aquitaine a toujours offert un terrain propice à l'éclosion des arts, dont la musique.

C'est, toutefois, au xviiie siècle que se situe son apogée, ainsi qu'en témoignent la plupart de ses nombreux et somptueux monuments publics et privés. Parmi les premiers, le Grand-Théâtre, construit par Victor Louis de 1777 à 1780, est, à juste titre, considéré comme le chef-d'œuvre de ce célèbre architecte. Là fut créé, le 1er juillet 1789, le plus ancien des ballets classiques maintenus au répertoire : la Fille mal gardée, de Dauberval. Aujourd'hui encore, ce magnifique théâtre est, avec le conservatoire que dirige Jacques Pernoo, au cœur d'une activité musicale qui, depuis trente ans, ne cesse de se développer et de se diversifier.

Une étape décisive fut franchie en 1950, quand le député-maire Jacques Chaban-Delmas fonda le Mai musical de Bordeaux, réplique française du « Maggio musicale » florentin, festival de prestige qui réunit, dans la ville et dans divers châteaux des environs, les plus grands interprètes français et étrangers. En 1965, naquit un second festival, Sigma, qui se tient en automne et concerne plus particulièrement la musique et le théâtre d'avant-garde. Enfin, la politique de promotion régionale instituée par le ministère des Affaires culturelles a permis, en 1973, à partir d'une formation qui existait déjà, la fondation de l'Orchestre de Bordeaux-Aquitaine qui, comme son nom l'indique, se produit lui aussi dans toute la région. Il a eu comme chefs permanents Roberto Benzi (1973-1987) puis Alain Lombard (1988-1995). L'orchestre donne maintenant presque tous ses concerts au palais des sports, où des milliers d'auditeurs ont applaudi, par exemple, l'intégrale des symphonies de Beethoven. Il dispose aussi, depuis 1980, d'un auditorium moderne : la salle Jacques-Thibaud (le grand violoniste était bordelais) au centre André-Malraux.