En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sir Arthur Bliss

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur anglais (Londres 1891 – id. 1975).

Sorti de l'université de Cambridge avec le titre de Bachelor of Music (1913), il a travaillé avec Stanford, Vaughan Williams et Holst au Royal College of Music de Londres. Pendant la Grande Guerre, il a été blessé sur la Somme (1916) ; ses premières œuvres, dont un quatuor à cordes, furent écrites alors. En 1919, il s'est passionné pour la musique du xviiie siècle ­ il a dirigé notamment la Servante maîtresse de Pergolèse ­ et pour l'époque élisabéthaine. Le quintette avec piano, composé à cette époque, révèle l'influence de Ravel et de la musique française. Mais la Rhapsodie pour soprano, ténor et instruments, qui date également de 1919, marque la rupture soudaine avec les influences extérieures. Dès lors, quoique sensible à l'attirance de Stravinski et du groupe des Six, Bliss est sorti des sentiers battus. En 1923, il s'établit en Californie, où il devint, en 1940, professeur à l'université. Directeur du département musical international de la BBC, de 1942 à 1944, il reçut en 1953, à la mort d'Arnold Bax, le titre de « Master of the Queen's Music ».

Bien que chargée d'un certain romantisme, parfois vigoureuse et aux lignes bien dessinées, la musique de Bliss, d'une manière générale, relève de l'impressionnisme sur le plan de l'écriture. Son œuvre comprend de la musique d'orchestre, dont la célèbre Colour Symphony (1921-22, rév. 1932), un concerto pour piano (1938) et un pour violon (1955), de la musique de chambre (4 quatuors à cordes, 2 quintettes dont un avec piano et un avec clarinette), des œuvres vocales, et, pour le théâtre, des ballets, dont Checkmate (1937) et The Lady of Shalott (1958), ainsi que les opéras The Olympians (1949) et Tobias and the Angel (1960-61).