En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Georges Bizet

Georges Bizet
Georges Bizet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Paris 1838 – Bougival 1875).

Fils d'un professeur de chant, il eut pour premiers maîtres ses parents, jusqu'à l'âge de neuf ans. Entré au Conservatoire de Paris, il y fut l'élève de Marmontel (piano), Benoist (orgue), Zimmermann (harmonie) et Halévy (composition). Il travailla également avec Gounod, qui éprouva pour lui une vive sympathie. Après avoir obtenu de nombreuses récompenses, il remporta en 1857 le premier grand prix de Rome et partit pour la Villa Médicis. Il avait alors déjà composé un chef-d'œuvre, la symphonie en ut (1855, créée en 1935 seulement), et s'était essayé à l'opérette, notamment en 1857 avec le Docteur Miracle, partition couronnée ex aequo avec l'œuvre homonyme de Charles Lecocq, à l'issue d'un concours organisé par Offenbach, et représentée en alternance avec celle-ci aux Bouffes-Parisiens.

À Rome, où il resta trois ans, Bizet fit beaucoup d'excursions, lut énormément et composa un peu : une opérette, Don Procopio, une symphonie descriptive avec chœurs, Vasco de Gama, une ouverture, la Chasse d'Ossian, une marche funèbre et un scherzo. Revenu à Paris, il connut une situation matérielle précaire, ce qui l'amena à entreprendre la transcription pour le piano de quantité de morceaux célèbres, voire d'opéras entiers. Il était d'ailleurs excellent pianiste, et émerveilla Berlioz et Liszt par la facilité de sa lecture et la sûreté de son jeu. En 1863, le Théâtre-Lyrique créa, sans grand succès, les Pêcheurs de perles, commande de son directeur Léon Carvalho, qui demanda trois ans plus tard à Bizet un deuxième ouvrage, la Jolie Fille de Perth. Entre-temps, Bizet apporta sa contribution à un ouvrage collectif, Malborough s'en va-t-en-guerre, fit jouer sa suite symphonique Roma et acheva un opéra, Ivan le Terrible ou Ivan IV, qui ne devait être représenté qu'en 1946. Il se maria en juin 1869 avec Geneviève Halévy, fille de son ancien maître, au château de Nühringen (Wurtemberg), et termina l'opéra Noé, laissé inachevé par ce dernier.

Après la guerre de 1870, Bizet fut nommé chef des chœurs à l'Opéra, mais préféra un an plus tard le poste de chef de chant à l'Opéra-Comique. Ce théâtre monta Djamileh (1872) et lui commanda Carmen. C'est en novembre 1872 que Bizet connut son premier véritable succès avec l'exécution, aux Concerts Pasdeloup, de la première suite qu'il tira de sa musique de scène pour la pièce de Daudet l'Arlésienne, qui avait subi un échec six semaines auparavant. L'ouverture Patrie triompha en 1874 et, l'année suivante, ce fut la consécration, trop tardive et trop brève, avec la création de Carmen (mars 1875), qui souleva la fureur d'une partie de la critique, mais suscita de nombreux témoignages d'admiration, de celui de Théodore de Banville à celui de Saint-Saëns. Trois mois plus tard, le 3 juin, Bizet mourut subitement.

La popularité de l'Arlésienne, de la symphonie en ut, de Jeux d'enfants, des Pêcheurs de perles et surtout de Carmen, un des opéras les plus joués au monde actuellement, font de Bizet, à juste titre, un des plus célèbres musiciens français. Les reproches qui lui furent adressés de son vivant, par exemple celui de wagnérisme, nous paraissent aujourd'hui fort singuliers. Une pensée élégante et forte, un vocabulaire précis, une harmonie savoureuse, un grand pouvoir de suggestion et, dans Carmen, un souci de profonde vérité, voire de réalisme, qui ne consent cependant pas à la moindre vulgarité d'écriture, tels sont les traits essentiels d'un compositeur en qui Nietzsche voyait l'incarnation d'une musique « méditerranéisée ». Bizet, qui, en dehors de son voyage à Rome, ne quitta jamais Paris, évoqua à merveille l'atmosphère des différents pays où se déroulent ses ouvrages lyriques (surtout l'Espagne dans Carmen ou la Provence dans sa musique de scène pour l'Arlésienne). Il composait ses partitions comme un peintre ses toiles, créant et dosant savamment des couleurs personnelles. La limpidité et le caractère savant de son écriture sont particulièrement frappants dans des passages à plusieurs voix, comme le quintette de l'acte II de Carmen.