En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bernard de Ventadour

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Troubadour occitan (château de Ventadour, Corrèze, v. 1125 – abbaye de Dalon, Dordogne, v. 1195).

C'est un des rares troubadours d'origine roturière. Il eut pour maître et protecteur Eble II, seigneur de Ventadour, qui lui enseigna l'art de « trouver ». Il tomba amoureux de Marguerite de Turenne, puis d'Aliénor d'Aquitaine, qui lui accorda sa protection. Il voyagea beaucoup en France et suivit sa maîtresse en Angleterre, où il séjourna à la cour d'Henri II. Il entra au service de Raimond IV, comte de Toulouse, avant de devenir moine à l'abbaye de Dalon. De ce très grand poète, il nous reste 45 textes, dont une vingtaine de chansons notées, presque toutes des chansons d'amour dans lesquelles la musique vient renforcer l'extrême beauté de chaque image. Bernard de Ventadour disait lui-même que « le chant qui ne vient pas du fond du cœur n'a pas de valeur ». La plus célèbre de ses chansons est sans doute Can vei la lauzeta mover.