En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

école de Berlin

appelée également école de l'allemagne du nord (Norddeutsche Schule)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Expression désignant les musiciens qui, de 1740 à 1786 environ, furent attachés à la cour du roi de Prusse Frédéric II, à Potsdam.

Il s'agit notamment de Johann Gottlieb et Carl Heinrich Graun, Johann Joachim Quantz, Carl Philipp Emanuel Bach, Franz Benda, Johann Friedrich Agricola, Christian Friedrich Carl Fasch, Johann Friedrich Reichardt, Johann Philipp Kirnberger, Christoph Nichelmann. Leurs œuvres reflètent les goûts musicaux de leur souverain, lui-même flûtiste et compositeur, et s'inscrivent dans le courant des lumières (Aufklärung).

Les deux principales institutions musicales à la cour de Frédéric II étaient l'orchestre et l'opéra. Dans le domaine orchestral, l'apport de C. Ph. E. Bach fut le plus important avec une vingtaine de symphonies marquées par un grand souci d'expression. La musique instrumentale consistait surtout en concertos et en sonates. La musique pour clavier fut illustrée par C. Ph. E. Bach (6 Preussiche Sonaten, 1742, qui influencèrent Haydn, notamment), J. Ph. Kirnberger (fugues pour clavier), C. H. Graun (concertos pour clavier) et Ch. F. C. Fasch, second claveciniste de la cour aux côtés de C. Ph. E. Bach (concertos et sonates pour clavier). Le violon fut représenté par J. G. Graun et par F. Benda (concertos, sonates). Un grand nombre de membres de la famille Benda furent violonistes au service du roi. Quant à la flûte (instrument préféré de Frédéric II), elle trouva en J. J. Quantz l'un de ses plus grands virtuoses en même temps que l'un de ses meilleurs compositeurs. Auteur de 150 sonates et de 300 concertos, il fut le premier musicien important à écrire spécifiquement pour la flûte traversière.

Dans le domaine lyrique, citons les 33 opéras de C. H. Graun, dont certains furent composés sur des livrets du roi. Les intermèdes d'Agricola, tels que Il Filosofo convinto in amore (1750), furent représentés avec grand succès. En 1759, après la mort de C. H. Graun, Agricola devint directeur musical de l'Opéra royal. J. F. Reichardt écrivit environ une trentaine d'opéras dont Andromeda (1787, 1re représentation à Berlin, 11 janvier 1788). Enfin, les principaux compositeurs de lieder furent C. Ph. E. Bach, Reichardt, Agricola, Nichelmann et Kirnberger.

À cette époque, Berlin était également célèbre parce que s'y élaboraient les théories musicales. Outre les traités bien connus de J. J. Quantz (flûte) et de C. Ph. E. Bach (clavier), les théoriciens les plus importants furent Nichelmann, Kirnberger et surtout Friedrich Wilhelm Marpurg, qui fut également directeur et fondateur de périodiques.