En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Benedicamus Domino

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Formule dialoguée (Benedicamus Domino – Deo gratias) souvent employée comme clausule, d'abord pour clôturer les heures canoniques, puis transportée à la fin de la messe en alternance avec Ite missa est, qu'elle remplace en diverses circonstances.

La réponse Deo gratias reprend le plus souvent la mélodie du Benedicamus, qui peut être soit originale, soit empruntée à un mélisme d'une autre pièce. Dans les messes polyphoniques, le Benedicamus Domino est très rarement inclus dans la composition, ce qui est paradoxal si l'on songe que c'est là l'une des parties de la messe qui se sont le plus prêtées, dans les débuts, aux amplifications de toutes sortes, tant verbales que musicales. Les tropes de Benedicamus sont parmi les plus développés et vont parfois jusqu'au remplacement du texte primitif par une longue série de couplets, où la formule n'apparaît qu'à la fin (trope de substitution) ; un exemple populaire fort connu est le cantique de Pâques O filii et filiae, qui ne révèle son origine qu'aux deux derniers couplets, dont le no 13 s'achève par Benedicamus Domino et le no 14 par Deo dicamus gratias. Dans les débuts de la polyphonie, le Benedicamus Domino était également apparu comme privilégié : très fréquemment traité en organum, il motive au xie siècle, à Saint-Martial de Limoges, le premier motet connu, un Stirps Jesse sur teneur liturgique Benedicamus Domino.

La messe de Guillaume de Machaut, qui s'achève par un Ite missa est, est une exception ; après elle, ni Ite missa est ni son substitut Benedicamus Domino ne figurent plus habituellement dans les « messes en musique ».