En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Benda

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de musiciens de Bohême, établie en Allemagne.

Frantisek (Franz), violoniste et compositeur (Stare Benatzky 1709 – Neuendorf, près de Potsdam, 1786). Enfant de chœur à Prague et à Dresde, puis de nouveau à Prague, il entra en 1733 au service du prince-héritier de Prusse, le futur Frédéric II, et fut un membre illustre de l'école de Berlin. En 1771, il succéda à J. G. Graun comme premier violon de l'orchestre de Frédéric II. Il écrivit des sonates et des concertos pour son instrument, des œuvres pour flûte, des symphonies.

Jan Jiri (Johann Georg) violoniste et compositeur, frère du précédent (Stare Benatzky 1713 – Potsdam 1752). Il fut également au service de Frédéric II et ses œuvres ne furent pas éditées.

Jiri Antonin (Georg Anton), violoniste et compositeur, frère des précédents (Stare Benatzky 1722 – Köstritz 1795). Violoniste à Berlin en 1742, il s'y familiarisa avec les opéras de Graun et de l'école napolitaine, puis devint, en 1750, maître de chapelle à la petite cour de Gotha, où il écrivit des sonates, des symphonies, de la musique d'église. Un voyage en Italie (1765-66) l'orienta vers l'opéra, mais ce n'est que quelques années après qu'il écrivit les ouvrages dont il tira l'essentiel de sa célébrité : les mélodrames Ariane à Naxos (Gotha, 1775) et Médée (Leipzig, 1775), les singspiels Der Dorfjahrmarkt (Gotha, 1775), Walder (1776), Julie und Romeo (Gotha, 1776), Der Holzhauer (1778). Citons aussi Pygmalion. En 1778, Médée fit à Mannheim une grande impression sur Mozart, qui s'en inspira l'année suivante dans les scènes en forme de mélodrame de Zaide. Défendant, en 1783, pour le drame musical l'expression parlée par rapport au récitatif, Benda écrivit sa maxime célèbre : « Je ne puis renoncer à la vérité de la phrase, la musique y perd quand on lui sacrifie tout. »

Joseph, violoniste, frère des précédents (Stare Benatzky 1724 – Berlin 1804). Il succéda à son frère aîné Frantisek comme premier violon de l'orchestre de Frédéric II.

Anna Franciska, cantatrice, sœur des précédents (Stare Benatzky 1728 – Gotha 1781).

Friedrich Wilhelm Heinrich, violoniste et compositeur, fils aîné de Frantisek (Potsdam 1745 – id. 1814). Il fut au service de la cour de Berlin.

Karl Hermann Heinrich, violoniste, frère du précédent (Potsdam 1748 – Berlin 1836). Il fut premier violon à l'opéra de Berlin.

Juliana, femme compositeur, sœur des deux précédents (Potsdam 1752 – Berlin 1783). Elle épousa le compositeur Johann Friedrich Reichardt.

Friedrich Ludwig, violoniste et compositeur, fils de Jiri Antonin (Gotha 1746 – Königsberg 1792).

Ernst Friedrich, fils aîné de Joseph, violoniste et claveciniste (Berlin 1747 – id. 1787).

Karl Franz, violoniste, frère du précédent (1753-1817).

Hans von Benda, chef d'orchestre allemand, descendant de Frantisek (Strasbourg 1888 – Berlin 1972). Il fonda en 1939 l'Orchestre de chambre de Berlin.