En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Conrad Beck

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur suisse (Lohn, Schaffhouse, 1901 – Bâle 1989).

Élève de Volkmaar Andreae et de Reinhold Laquai à Zurich, puis de Nadia Boulanger au cours d'un long séjour à Paris (1923-1932), il reçoit également les conseils d'Honegger, Ibert et Roussel. Directeur de la section musicale de Radio-Bâle à partir de 1939, il est l'auteur d'une œuvre importante, dont les caractères, proches de Hindemith et du néoclassicisme jusqu'en 1940, ont évolué ensuite vers un lyrisme plus détendu (jusqu'en 1950), et, plus tard encore, vers une syntaxe claire et sobre.

Son œuvre unit le souci d'une polyphonie stricte à celui d'une pureté de lignes, d'une simplicité qui se rapproche parfois d'éléments folkloriques. Il est l'auteur de 7 symphonies, 12 concertos, du poème symphonique Innominata, de 4 quatuors et 2 trios à cordes, de sonates pour différents instruments, d'oratorios (Angelus Silesius ; Der Tod zu Basel), de cantates (la Mort d'Œdipe ; Die Sonnenfinsternis), d'un Requiem, etc .