En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adriano Banchieri

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur italien (Bologne 1567 – id. 1634).

Élève de Gioseffo Guami, il fut organiste à San Michele in Bosco, près de Bologne, puis à Imola. Ce bénédictin, devenu abbé du Monte Oliveto (1620), fonda l'Accademia de' Floridi (1614) et joua un rôle fort important dans la vie musicale à Bologne, où on l'appelait Il Dissonante. Monteverdi, O. Vecchi et G. Diruta étaient en relation avec lui, et ses ouvrages théoriques, tels que la Cartella musicale (1614) concernant les ornements vocaux, comptent autant que ses compositions sacrées et profanes. L'Organo suonarino (1605) précise les règles de l'accompagnement à partir d'une basse chiffrée. Banchieri composa des canzone et des sonates dans le style brillant de G. Gabrieli, comme le recueil Moderna harmonia (1612), ou des œuvres pour double chœur (cori spezzati) comme les Concerti ecclesiastici (avec accompagnement d'orgue pour le premier chœur, ce qui justifie le titre de concerto).

Également poète (il écrivait sous le nom de Camillo Scaglieri), Banchieri fut l'auteur de comédies madrigalesques non destinées à la scène. Celles-ci contiennent des mélodies faciles, agréables, dans un style homophonique et sur des textes souvent comiques tirés de la vie de l'époque. Parmi ces œuvres, citons La Pazzia senile (1598), où figurent déjà, fait exceptionnel à cette époque, des indications de nuances (« forte », « piano »), la Barca di Venezia per Padova (1605) et il Festino nella sera del Giovedi grasso avanti cena (1608).