En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ars nova

Guillaume de Machaut, partition
Guillaume de Machaut, partition

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Terme qui signifie « art nouveau ».

C'est le titre donné par Philippe de Vitry (1291-1361) à un traité qui nous renseigne sur ce que pouvait être l'enseignement de la théorie musicale au début du xive siècle. C'est aussi le nom donné au style polyphonique français (mais il s'applique également aux musiciens italiens du trecento) qui s'étend approximativement de 1300 jusqu'à la mort de Guillaume de Machaut en 1377. Il y a, à cette époque, une volonté profonde de renouvellement, due à une évolution des esprits liée à des événements historiques tels que la guerre de Cent Ans. L'Ars nova est caractérisé par différentes recherches : des formes nouvelles (le motet à 3 ou à 4 voix qui emploie souvent la technique de l'isorythmie, et les trois formes fixes de la chanson : ballade, rondeau et virelai), des sujets d'inspiration différente, des textes d'une plus grande qualité poétique (notamment dans le cas de Machaut), des thèmes musicaux plus lyriques (la voix supérieure, cantus, étant plus travaillée, voire ornée), des rythmes utilisés plus souplement, un contrepoint plus libre, des nouveautés tonales (notes sensibles et cadences à double sensible). Tous ces éléments de l'Ars nova annoncent l'âge d'or de la polyphonie franco-flamande au xve siècle, préparée par une période de transition appelée l'Ars subtilior.