En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nella Anfuso

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Soprano italienne (Alia, près de Palerme, 1942).

Elle suit une double formation, littéraire et musicale, à l'université et au Conservatoire de Florence. Docteur ès lettres, elle étudie le chant à l'académie Sainte-Cécile de Rome tout en poursuivant des recherches sur l'interprétation vocale au xviie siècle. Ces travaux historiques se révèlent décisifs pour l'originalité de son style interprétatif. Son but est de « retrouver l'unicité de la poésie et de la musique » qui, selon elle, caractérise avant tout les œuvres de Caccini et de Monteverdi. En 1971, elle débute au Palazzio Vecchio de Florence et se produit régulièrement depuis en récital dans toute l'Europe. Douée d'une tessiture de trois octaves, elle chante les madrigaux pétrarquisants de Marchetto, les œuvres de Rossi, mais aussi Vivaldi. Professeur de littérature dramatique et poétique au Conservatoire Boccherini de Lucca, paléographe des Archives d'État, elle organise des séminaires pour des étudiants du monde entier, malgré les vigoureuses polémiques suscitées par son style. Depuis 1989, elle a élargi son répertoire aux romances de Bellini, Catalani et Paganini.