En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alphonse X le Sage

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Roi de Castille et de León, empereur germanique, législateur, guerrier, mathématicien, astronome, historien, poète et compositeur espagnol (Tolède 1221 - Séville 1284).

Imprégné de culture islamique, il redonna de l'éclat à l'université de Salamanque, où fut introduit l'enseignement de la polyphonie. Il s'y entoura des poètes et des musiciens les plus brillants de son temps ­ chrétiens, arabes, juifs ­, ainsi que de baladins mauresques. En collaboration avec ceux-ci, il écrivit plus de 400 cantigas, presque toutes consacrées à la louange de la Vierge. Il mourut, dit-on, du chagrin d'avoir à lutter contre son fils Sanche, qui s'était emparé du trône en 1282.

Pièces destinées au répertoire des fêtes liturgiques et des célébrations populaires, Las Cantigas de Santa María réalisent une synthèse magistrale de l'art des troubadours et des trouvères, s'inspirant notamment des Miracles de Gautier de Coincy, des liturgies et des déchants populaires de l'époque wisigothique, des hymnes d'origine orientale et de certaines danses médiévales.

Écrites en dialecte galicien, elles reprennent le schéma des virelais, des rondeaux et des laudes. Elles ont une importance capitale pour l'histoire de la musique, car elles sont conservées avec une notation.