En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Akira Tamba

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur japonais (Yokohama 1932).

Il a étudié à l'université des Arts de Tokyo (1953-1957), a été chargé de cours à l'Université nationale de Yokohama, puis est entré en 1960 au Conservatoire de Paris comme élève de Tony Aubin et d'Olivier Messiaen. Entré au C. N. R. S. en 1967, il a obtenu un doctorat de musicologie à Paris-Sorbonne en 1971 (la Structure musicale du nô). Il enseigne la musicologie japonaise à l'université de Paris III. On lui doit notamment une sonate pour flûte et piano (1958), Cinq Mélodies de Manyô pour voix et piano (1961-1965), Deux Poèmes de Baudelaire (musique concrète, 1966 ; pour voix et orchestre, 1965-66), Sûnyatâ pour orchestre et 6 percussions (1972), Chant du monde pour grand orgue et percussion (1973), le Fil de l'araignée, oratorio-ballet pour orchestre et chœurs (1974), Héloïse et Abélard, drame musical pour le Festival d'Avignon (1977), Vision vocale I à VI pour divers ensembles vocaux et instrumentaux (1975-1980), Elemental I pour harpe et percussion (1976), II pour saxophone et percussion (1978) et III pour contrebasse solo (1979), Interférence I pour 3 instruments japonais (1980) et II pour 4 instruments japonais et soprano (1981).