En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Guido Adler

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Musicologue autrichien (Eibenschütz, Moravie, 1855 – Vienne 1941).

Élève de Bruckner et de Dessoff au conservatoire de Vienne, il se destina néanmoins au droit avant de s'orienter vers la musique, et plus spécialement son histoire. En 1884, il fonda avec Chrysander et Spitta la revue Vierteljahrsschrift für Musikwissenschaft, et en 1885 fut nommé professeur de musicologie à l'université allemande de Prague. Succédant à Hanslick, il enseigna à l'université de Vienne (1898-1927) et en fonda l'Institut de musicologie (Musikwissenschaftliches Institut), qui devint un modèle pour de nombreux pays. Dès leur fondation, il fut l'éditeur des Denkmäler der Tonkunst in Österreich (1894-1938), vaste entreprise d'édition de la musique autrichienne du passé ­ toujours poursuivie aujourd'hui ­, dont il assuma lui-même plusieurs volumes, et de leur revue musicologique d'accompagnement Studien zur Musikwissenschaft (1913-1938). Il attacha surtout son nom à la critique stylistique : en témoigne son ouvrage Der Stil in der Musik (1911). On lui doit aussi Methode der Musikgeschichte (1919), un livre sur son ami Gustav Mahler (1916) et Wollen und Wirken (autobiographie, 1935). En 1924, il édita Handbuch der Musikgeschichte, dont il avait rédigé lui-même les chapitres Périodes de l'histoire de la musique, l'École classique viennoise et Généralités sur l'époque moderne. Il organisa les célébrations des centenaires de la mort de Haydn et de Beethoven (en 1909 et en 1927), et après ces dernières participa activement à la fondation de la Société internationale de musicologie, dont il devint président d'honneur. À l'occupation de l'Autriche (1938), il dut cesser toute activité.