En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

mont Blanc

Point culminant des Alpes et du massif du Mont-Blanc, sur le territoire français (Haute-Savoie) ; 4 810 m environ (niveau du sommet variable selon les conditions climatiques).

C'est avec la conquête du mont Blanc que débuta véritablement l'histoire de l'alpinisme. La première ascension fut réalisée par Jacques Balmat et le docteur Paccard, le 8 août 1786, à l'initiative du naturaliste genevois Horace Bénédict de Saussure, qui réalisa l'ascension en 1787, conduit par Balmat. Le sommet du mont Blanc est le point de convergence de plusieurs arêtes (Bionnassay, mont Maudit, Peuterey, Brouillard) délimitant plusieurs versants : les itinéraires offerts aux alpinistes sont ainsi d'une grande variété. Le versant français, au nord, le plus long, est le plus facile ; il fut emprunté par les premiers ascensionnistes. Aujourd'hui, les voies normales passent par le refuge des Grands-Mulets (altitude 3 051 m) ou par les refuges de Tête-Rousse (3 167 m) et du Goûter (3 817 m). Dans les deux cas, l'ascension se termine par l'arête des Bosses. Le versant sud-ouest domine les glaciers de Miage (italien) et du Dôme ; il permet l'accès habituel au sommet par le versant italien à partir des refuges Gonella (3 072 m) et Sella (3 363 m). Le versant est domine le glacier de la Brenva ; des voies de grande envergure s'y développent : éperons de la Brenva (ouvert par G. S. Matthews, A. W. Moore, F. et H. Walker, J. et M. Anderegg en 1865), de la Sentinelle-Rouge, de la voie Major, de la Poire (tous les trois ouverts par T. G. Brown, 1927, 1928, 1933), du Grand Pilier d'Angle (trois voies ouvertes par W. Bonatti entre 1957 et 1963). Le versant sud, au-dessus des glaciers du Brouillard et du Freney, est le plus impressionnant : l'arête de l'Innominata (S. L. Courtauld, A. et H. Rey, 1919), l'arête du Brouillard (G. B. Gugliermina, 1901), et surtout le pilier central du Freney, « dernier problème » du mont Blanc (C. Bonington, J. Clough, J. Duglosz, D. Whillans, 1961), sont accessibles à partir du refuge Gamba (2 630 m). L'arête de Peuterey, ouverte en 1893 par P. Güssfeldt, E. Rey, mais parcourue intégralement et en solitaire par R. Desmaison (1972), est un des plus beaux itinéraires de tout le massif.

Le record de vitesse de l'ascension du mont Blanc de Chamonix, soit 3 773 m de dénivelée, a été battu en 2013 par l'Espagnol Kilian Jornet en 3 h 30 ' (aller-retour en 4 h 57 ' 40).