En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

thorax

Thorax
Thorax

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Partie supérieure du tronc, séparée de l'abdomen par un muscle appelé diaphragme, contenant les principaux organes de la respiration et de la circulation. (P.N.A. thorax.)

Structure

Le thorax s'étend de la racine du cou à la partie haute de l'abdomen. Il s'articule avec les deux membres supérieurs par les articulations scapulohumérales. Il est composé d'une enveloppe cutanée et musculaire, d'un squelette osseux, la cage thoracique, qui contient les deux poumons, l'œsophage, le cœur et les gros vaisseaux qui y parviennent ou s'en détachent.

La cage thoracique est formée des 12 vertèbres dorsales, la première s'articulant avec la 7e vertèbre cervicale et la dernière avec la première vertèbre lombaire. Des côtes, au nombre de 12 paires, partent des vertèbres et viennent s'insérer en avant, grâce aux cartilages costaux, sur un os plat et allongé, le sternum. Les deux côtes les plus basses sont libres. Le sternum se compose d'une pièce supérieure, le manubrium, et d'une pièce inférieure, plus grande, prolongée par l'appendice xiphoïde. La cage osseuse ainsi formée est souple et mobile, les côtes s'horizontalisent à l'inspiration et s'abaissent lors de l'expiration.

Le diaphragme, limite inférieure du thorax, est un muscle aplati, essentiel pour la fonction respiratoire. Il se compose de deux parties : une partie centrale fibreuse, appelée centre phrénique, et une partie latérale musculaire qui s'insère latéralement sur les côtes et en arrière sur le rachis. En se contractant pendant l'inspiration, le diaphragme augmente le volume du thorax et permet l'expansion des poumons, qui se remplissent d'air.

Le médiastin, partie centrale du thorax, contient le cœur, enveloppé par le péricarde ; les gros vaisseaux qui en émergent (aorte et ses branches, artère pulmonaire) ou s'y rendent (veines caves supérieure et inférieure, azygos et veines pulmonaires) ; l'œsophage, le canal thoracique (le principal collecteur du système lymphatique) et de nombreux ganglions lymphatiques. De part et d'autre se trouvent les deux cavités pleurales, à l'intérieur desquelles sont situés les poumons, chacun étant rattaché au médiastin par la bronche principale, droite ou gauche, l'artère et les deux veines pulmonaires.

Examens

L'examen clinique (inspection, palpation, percussion et auscultation) du thorax permet notamment d'étudier cœur et poumons. Les examens complémentaires sont soit globaux (radiographie thoracique, scanner, imagerie par résonance magnétique [I.R.M.]), soit sélectifs :

— pour le cœur, l'échographie, l'électrocardiographie, la scintigraphie myocardique et la coronographie ;

— pour les vaisseaux, l'angiographie (en particulier l'artériographie pulmonaire) ;

— pour les poumons, la scintigraphie, les épreuves fonctionnelles respiratoires, l'examen des gaz du sang et l'endoscopie bronchique ;

— pour la plèvre, la ponction pleurale et la pleuroscopie ;

— pour l'œsophage, l'endoscopie, la manométrie et la radiographie après opacification à l'aide de produits de contraste ;

— pour le médiastin, la médiastinoscopie.

Pathologie

La paroi thoracique peut être le siège de plaies ou de fractures de côtes. Les principales pathologies affectant les organes du thorax sont les suivantes :

— pour le cœur, l'insuffisance coronarienne, l'infarctus du myocarde, les valvulopathies, les myocardopathies, les péricardites ;

— pour les vaisseaux, les malformations congénitales (coarctation, ou rétrécissement, de l'aorte, persistance du canal artériel, transposition des gros vaisseaux, communication interauriculaire ou interventriculaire), l'anévrysme ou la dissection aortique, l'embolie pulmonaire ;

— pour les poumons, la tuberculose, les pneumopathies, l'asthme, la bronchectasie, l'emphysème, la fibrose, le cancer bronchopulmonaire ;

— pour la plèvre, les pleurésies, les pneumothorax, plus rarement le cancer ;

— pour l'œsophage, l'œsophagite, le reflux gastro-œsophagien, le cancer ;

— pour le médiastin, les adénopathies, les lymphomes, les médiastinites.

Voir : cage thoracique, diaphragme, médiastin, thoraco-phréno-laparotomie, thoracotomie.