En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

spasme du sanglot

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Bref arrêt respiratoire survenant chez le petit enfant lors d'une colère, d'une peur, d'une contrariété ou d'un traumatisme bénin.

On estime que 5 % environ des enfants de 6 à 18 mois présentent des spasmes du sanglot. Ceux-ci sont souvent attribués à une hypertonie vagale (excès d'activité des nerfs pneumogastriques, qui contrôlent les viscères et la tension artérielle).

Symptômes et signes

En fonction de leur aspect, on distingue deux formes de spasme du sanglot.

Dans la forme la plus habituelle, dite bleue, le bébé pleure violemment pendant quelques secondes, puis sa respiration se bloque en expiration ; il devient légèrement cyanosé avant de reprendre des couleurs et une respiration normale.

Dans la forme dite blanche, l'enfant devient très pâle pendant la période d'arrêt de la respiration qui suit les pleurs. Il s'agit, en fait, d'une forme de syncope (perte brusque et brève de connaissance), et les facteurs déclenchants sont plus la peur ou un autre traumatisme que la colère.

Les deux formes peuvent s'accompagner de quelques convulsions ou de quelques secousses des membres.

Traitement

Malgré leur caractère impressionnant, les spasmes du sanglot sont bénins et ne nécessitent aucun traitement. Si les récidives sont fréquentes avec les mêmes causes déclenchantes, elles ne doivent pas inquiéter les parents ni les conduire à une attitude trop permissive vis-à-vis de l'enfant.