En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

radiographie thoracique

Radiographie du thorax
Radiographie du thorax

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Image obtenue par exposition du thorax aux rayons X, montrant principalement le cœur et les poumons.

La radiographie thoracique, utilisée dès le début du XXe siècle, est l'un des examens le plus fréquemment prescrits en radiologie et imagerie médicale.

Indications

Une radiographie thoracique permet de reconnaître la plupart des lésions pulmonaires comme celles des cancers, de la tuberculose, des pneumopathies infectieuses, pneumonie notamment, ou de l'œdème du poumon. Elle permet aussi le diagnostic des atteintes de la plèvre (pleurésie, pneumothorax), du cœur et des gros vaisseaux (silhouette cardiaque, « gros cœur » d'insuffisance cardiaque, anévrysme de l'aorte) et celles du médiastin (adénopathies).

Préparation et déroulement

Cette radiographie s'effectue sans préparation et en ambulatoire. Pour un cliché du thorax de face, le sujet est debout, nu jusqu'à la ceinture, poitrine contre la cassette porte-film, mains sur les hanches, épaules basses et coudes en avant pour éviter la superposition de l'image des omoplates et des bras à celle du thorax. Pour obtenir une image convenablement exposée des deux poumons, l'opérateur règle l'appareillage en fonction de la corpulence du sujet, à qui il demande de prendre une inspiration profonde et de bloquer la respiration pendant l'exposition. Un cliché de profil peut être pris, au besoin, en complément du cliché de face. Les radiographies thoraciques sont habituellement numérisées.

Dans l'image thoracique normale prise de face, les parties transparentes aux rayons X apparaissent en sombre, les parties opaques en clair. Les poumons ressortent presque noirs (« transparence », ou « clarté », pulmonaire) ; les organes du milieu du thorax (cœur et gros vaisseaux en particulier), dans des valeurs allant du gris foncé au gris clair. Les os (vertèbres, côtes, sternum, clavicules) apparaissent très clairs, presque blancs (« opacités » squelettiques).

Si la radiographie thoracique ne suffit pas à établir le diagnostic, le médecin peut prescrire un scan RX thoracique, qui a remplacé les tomographies. Celui-ci permet de déceler des lésions plus petites du fait de sa sensibilité élevée au contraste entre le tissu des poumons et l'air qu'ils contiennent. L'air, en revanche, rend l'échographie et l'imagerie par résonance magnétique (I.R.M.) peu appropriées à ce type d'examen.

Limitations

Cet examen ne se pratique plus de façon systématique dans le cadre de la médecine scolaire ou de la médecine du travail afin de limiter l'exposition aux rayons X. Ses indications sont également plus limitées lors d'une hospitalisation ou avant une intervention chirurgicale. Il est préférable de l'éviter au cours de la grossesse.