En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

plaie

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Déchirure des tissus due à un accident (blessure, brûlure) ou à une intervention chirurgicale.

Les plaies accidentelles doivent être examinées attentivement car elles peuvent être souillées par des corps étrangers (terre, fragments de verre) et, dans ce cas, être contaminées par des agents infectieux (risque de tétanos). Cet examen permet aussi d'évaluer l'abondance du saignement et surtout de ne pas laisser inaperçue une lésion profonde, par exemple provoquée par un instrument fin et long tel qu'une arme blanche.

PLAIE SUPERFICIELLE

Une plaie est dite superficielle lorsqu'elle n'atteint que le revêtement cutané ou les tissus immédiatement sous-jacents. Le saignement peut être abondant si la zone atteinte est riche en petits vaisseaux superficiels (cuir chevelu). Lorsque la plaie n'est pas infectée par un corps étranger, on peut juguler le saignement en la comprimant légèrement à l'aide d'un linge propre ou, mieux, d'une compresse stérile. Les plaies superficielles, avant d'être éventuellement suturées, sont nettoyées à l'aide d'un antiseptique et d'une compresse, si possible stérile, en frottant doucement du centre vers la périphérie (et non l'inverse, car cela ramènerait les microbes vers le centre de la plaie) ; ensuite, on place une compresse, maintenue par un adhésif ou un bandage.

PLAIE PROFONDE

Une plaie est dite profonde lorsqu'elle intéresse des structures « nobles » (artères, nerfs, viscères). Le saignement doit alors être jugulé chirurgicalement (par électrocoagulation, ligature des petits vaisseaux qui saignent, etc.). Si la plaie est très grave, elle est nettoyée chirurgicalement (parage) et éventuellement suturée, sous anesthésie locale, voire sous anesthésie générale. Cependant, si le patient consulte trop tard (après un délai d'environ 6 heures), la plaie est déjà très contaminée et le médecin ou le chirurgien risque de ne pas pouvoir la refermer, une infection pouvant se développer sous la suture ; on se contente alors de la nettoyer et de la panser. Dans les cas les plus graves, les complications infectieuses sont prévenues par antibiotiques.