Identifiez-vous ou Créez un compte

oligoamnios ou oligohydramnios

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Anomalie de la grossesse, caractérisée par une quantité insuffisante de liquide amniotique par rapport à l'état d'avancement de la grossesse.

Normalement, la quantité de liquide amniotique augmente progressivement pendant la grossesse jusqu'à la 35e semaine et diminue ensuite jusqu'au terme, où elle est d'environ 0,5 litre. La fréquence de l'oligoamnios est inférieure à 1 cas pour 100 grossesses.

Causes et diagnostic

La première cause à éliminer est une fissuration de la poche des eaux, mais un vrai oligoamnios peut avoir diverses causes : une malformation rénale du fœtus, un état de prééclampsie chez la mère (hypertension artérielle, œdèmes, présence de protéines dans les urines) ou la prise par celle-ci de certains médicaments (anti-inflammatoires), un retard de croissance intra-utérin ou un dépassement du terme. Le diagnostic, suspecté au vu d'une hauteur utérine trop petite, est confirmé par l'échographie, qui montre une taille anormalement faible des volumes de liquide amniotique.

Évolution

Un oligoamnios sévère et précoce dans la grossesse peut entraîner une insuffisance de développement des poumons du fœtus et des malformations des membres (malpositions des pieds et des mains, ou déformations articulaires, par exemple), dues à la compression exercée par l'utérus. Lors de l'accouchement, la présentation du fœtus par le siège est plus fréquente.

Traitement et pronostic

Lorsque l’oligoamnios est dû à une rupture de la poche des eaux à un stade précoce (avant 24 semaines d’aménorrhée) se discute une interruption thérapeutique de grossesse. Lorsque le terme est dépassé, la constatation d'un oligoamnios est d'un mauvais pronostic pour le fœtus : un déclenchement artificiel de l'accouchement est alors nécessaire.