En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

hypocalcémie

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Diminution anormale de la calcémie (taux de calcium dans le sang) au-dessous de 2,26 millimoles, soit 90 mg, par litre chez l'adulte, au-dessous de 1,75 millimole, soit 70 mg, par litre chez le nouveau-né.

L'hypocalcémie est due, chez l'adulte, aux maladies digestives avec défaut d'absorption des aliments (intolérance au gluten), à la carence en vitamine D, à l'insuffisance rénale chronique et, chez l'enfant, au rachitisme par carence en vitamine D. Plus rarement, elle est due à une hypoparathyroïdie (insuffisance de la sécrétion de parathormone).

Les hypocalcémies mineures ne produisent pas de signes. Lorsqu'elles sont plus importantes, elles déclenchent des crises de tétanie : picotements ou fourmillements dans les mains, les doigts, autour de la bouche, crampes et accès de contractures musculaires, pouvant se compliquer de convulsions et d'un laryngospasme (spasme du larynx avec gêne respiratoire), surtout chez l'enfant. À long terme, l'hypocalcémie entraîne des troubles neurologiques (tremblement), une cataracte précoce, des anomalies dentaires.

Le traitement de l'hypocalcémie comprend la prise orale de calcium et de vitamine D. Il nécessite une surveillance régulière du taux de calcium dans le sang et les urines. Les formes sévères imposent une injection de calcium en urgence.