En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

encéphalite

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Affection inflammatoire de l'encéphale.

Différents types d'encéphalite

Les encéphalites sont classées selon plusieurs critères. Le premier est le type de tissu nerveux cérébral concerné : les polioencéphalites atteignent la substance grise et sont souvent nécrosantes et irréversibles ; les leucoencéphalites concernent la substance blanche, dont les lésions peuvent disparaître définitivement ; les panencéphalites touchent à la fois la substance grise et la substance blanche. Le second critère concerne l'étendue de l'inflammation, diffuse ou localisée : la rhombencéphalite, par exemple, atteint le tronc cérébral. L'inflammation de l'encéphale peut être associée à celle de la moelle épinière (encéphalomyélite) ou à celle des méninges (méningoencéphalite).

Causes

Les causes des encéphalites sont surtout infectieuses, et plus particulièrement virales. Les virus de la rage et de l'herpès peuvent provoquer une polioencéphalite, tandis qu'une leucoencéphalite peut être la complication d'une rougeole, des oreillons, d'une grippe, d'une mononucléose infectieuse. L'épidémie d'encéphalite de von Economo-Cruchet a fait suite en 1917 à la « grippe espagnole ». Certaines encéphalites à arbovirus sont transmises soit par les moustiques (encéphalite japonaise, encéphalite due au virus de West-Nile), soit par les tiques (encéphalite de la taïga).

Symptômes et signes

Une encéphalite se manifeste par une fièvre associée à des signes neurologiques variés (somnolence, confusion, délire, troubles du comportement, céphalées, convulsions). Certains signes sont caractéristiques, comme un syndrome infectieux net et des signes de localisation temporale en cas d'encéphalite herpétique. Une raideur de la nuque s'observe en cas de méningite, des paralysies et des troubles sensitifs en cas de myélite. L'apparition de ces symptômes nécessite une hospitalisation en urgence.

Diagnostic et évolution

Le diagnostic repose sur l'électroencéphalographie (enregistrement de l'activité électrique du cerveau), le scanner cérébral ou, mieux, l'imagerie par résonance magnétique (I.R.M.), et l'examen du liquide cérébrospinal prélevé par ponction lombaire.

L'évolution permet de distinguer les encéphalites aiguës et subaiguës. Les encéphalites aiguës, d'évolution rapide, comprennent deux groupes principaux  : les encéphalites virales primitives (par exemple les encéphalites herpétiques), les plus graves, et les leucoencéphalites périveineuses, ou postinfectieuses (par exemple, après une rougeole chez l'enfant), qui guérissent habituellement, avec ou sans séquelles. Les encéphalites subaiguës sont dues à des virus « lents » : encéphalite à V.I.H., leucoencéphalite multifocale progressive, panencéphalite subaiguë sclérosante.

Traitement

Il repose, selon les cas, sur la réanimation pour les formes graves, et le traitement antiviral, à débuter rapidement en cas d'encéphalite herpétique. La prescription de corticostéroïdes en cas de leucoencéphalite périveineuse est discutée.

Voir : encéphalomyélite, encéphalopathie, polioencéphalite.