En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tadeusz, dit Boy Żelenski

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain polonais (Varsovie 1874 – Lwow 1941).

Fils d'un compositeur connu, il passe sa jeunesse à Cracovie et y étudie la médecine. Cousin de l'écrivain Kazimierz Tetmajer, il est entraîné (1898) dans le tourbillon de la bohème artistique de la Jeune Pologne, devient l'intime de Stanisław Przybyszewski, le chef de file de ce courant, et l'ami de l'écrivain et artiste Stanisław Wyspianski. Parolier (les Bons Mots, 1913) au Petit Ballon vert, un cabaret dont il pérennise la célébrité dans Connais-tu ce pays ? (1932), il devient surtout le grand traducteur de la littérature française en polonais. Il inaugure cette seconde carrière en 1909 avec la Physiologie du mariage de Balzac. La « bibliothèque de Boy » comprend Villon, Rabelais, Montaigne, Molière, Stendhal, Balzac, Proust. Plus de cent volumes paraissent ainsi, souvent préfacés par le traducteur. Il publie également Études et Essais sur la littérature française (1920-1922), Molière (1924), Balzac (1934), Proust et son époque (posthume 1958). Critique de théâtre (Flirt avec Melpomène, 1920-1932), académicien en 1933, il révèle le talent d'épistolier du roi Jean III Sobieski (Marysienka Sobieska, 1937) et soutient les jeunes talents (S. I. Witkiewicz) dans les articles qu'il rédige pour la plus grande revue littéraire de l'époque les Nouvelles Littéraires. Professeur à l'université de Lwów en 1939, il collabore avec l'occupant soviétique. Les Allemands le fusillent lorsqu'ils conquièrent la ville.