En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

xhosa

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Le xhosa est le nom de la variété écrite d'une langue bantoue sud-africaine, proche du zoulou, parlée par les Xhosa, qui vivent entre Le Cap et Port Elizabeth, dans ce qui fut, sous le régime d'apartheid, le bantoustan du Ciskei. Les poésies d'éloges des Xhosa sont fameuses, et ont été l'objet de nombreux travaux. Au début du xixe siècle, le barde Ntsikana est le premier poète chrétien dont on ait conservé le souvenir et les hymnes. Tiyo Soga, lui-même pasteur, traduit en xhosa le Voyage du pèlerin en 1870 et de nombreux articles dans cette langue. Une poésie lettrée se développe avec J. Jolobe, auteur de plusieurs recueils de poèmes, dont certains ont été traduits en anglais (Thutula, Umyezo, Ilitha), de récits (U-Zagula, Elundini Lo Thuleka) et d'une pièce de théâtre (Amathunzi Obomi). S. O. Mqayi combine les dons du poète traditionnel avec ceux de l'écrivain en composant des hymnes officiels ; A. C. Jordan, intellectuel et professeur xhosa, donne en 1940 Ingqumbo yeminyanya (la Colère des ancêtres), un roman sur la mutation de la chefferie face au christianisme, qui constitue aujourd'hui une référence centrale de la culture et de la langue xhosa. La création poétique orale se poursuit sur le mode de la performance orale avec des poètes comme S. Burns Ncamashe et D. Yali Manisi (Opland, 1998).