En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sotho

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Le sotho (ou sesotho) est le nom de la variété écrite de la langue que parlent les Bassoutos (près de dix millions d'individus), qui, avec leurs voisins Batswana – dont la langue, le setswana, est très proche –, peuplent le centre de l'Afrique du Sud, le Lesotho et le Botswana. La littérature sotho est, avec la littérature xhosa, la plus ancienne littérature bantoue de l'Afrique du Sud. Dès la fin du XIXème siècle paraissaient des journaux sotho, puis des recueils de contes et enfin un roman, le Pèlerin de l'Orient (1907). Ce texte est le premier roman écrit dans une langue bantoue. Il nous raconte comment Fekisi le berger rompt avec son village pour partir vers la lumière. C'est un livre prophétique et original. Son auteur, Thomas Mofolo, donne quelques années plus tard un chef-d'œuvre, Chaka (1925), roman historique sur le conquérant zoulou, épopée violente, méditation sur le pouvoir et sur la transformation des sociétés africaines. Ce livre est aujourd'hui traduit en de multiples langues. De nombreux romanciers (Motsamai, Machobane) abordent l'histoire du royaume sotho, devenu protectorat britannique, dans Au temps des cannibales et Dans les cavernes sombres ; une poésie lettrée naît alors que les chants de louange – les dithoko – sont l'objet de travaux de collecte et d'édition sans égal dans d'autres langues de l'Afrique. La littérature sotho se poursuit aujourd'hui avec l'œuvre romanesque de Nhlanla Maake.