En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

roman sentimental

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Dans l'éventail des littératures de masse, le roman sentimental occupe une place paradoxale : il est sans doute le genre le plus lu et aussi le plus déconsidéré. Marginalisé, voire repoussé, au sein de la littérature populaire (elle-même considérée comme marginale), le roman sentimental bénéficie cependant d'un public constamment renouvelé.

Tandis que le roman occidental, particulièrement le roman français, se fondait sur le roman d'analyse qui a produit nombre de chefs-d'œuvre depuis la Princesse de Clèves, des histoires d'amours malheureuses qui circulaient dans la « Bibliothèque bleue » et de nombreux Mémoires du xviie s. annonçaient le roman sentimental. Mais celui-ci apparut véritablement au xixe s. Toutefois, dans sa période romantique, le roman populaire n'est pas sentimental, même si les sentiments n'en sont pas exclus : les Mystères de Paris, les Trois Mousquetaires, le Comte de Monte-Cristo comportent aussi une composante amoureuse, mais elle ne domine pas l'intrigue. Il en va de même pour les romans populaires qui mettent en scène des héroïnes féminines, victimes d'infortunes de plus en plus graves jusqu'à être finalement récompensées (C. Mérouvel, Chaste et flétrie ; X. de Montépin, la Porteuse de pain). Ce ne sont pas, à proprement parler, des romans sentimentaux, mais ils en sont proches.

Le roman sentimental s'épanouit d'abord dans la presse et l'édition catholique. Après avoir longtemps condamné le roman comme un genre immoral, l'Église va proposer des « bons livres » pour lutter contre l'influence des « mauvais », en créant la « Bibliothèque de poètes et des romanciers chrétiens », et surtout deux périodiques, l'Ouvrier (1861-1919) et la Veillée des chaumières (depuis 1877). Les romans sentimentaux y sont nombreux et signés Zénaïde Fleuriot, Marie Maréchal, Mathilde Bourdon, Maryan, Delly. Comme pour les romans populaires, la diffusion du roman sentimental est liée à l'émergence d'un public féminin spécifique. Peu à peu, le feuilleton familial à cible féminine, mais intégré à une publication non spécialisée comme le Journal du dimanche ou la Veillée des chaumières, laisse la place à de véritables collections autonomes. Celles-ci apparaissent au début du xxe s. : Ferenczi lance « Notre cœur » (1927), puis « Le petit roman d'amour illustré » (1932) et « Mon roman d'amour » (1944) ; Tallandier propose « Les beaux romans d'amour » (1913), « Le Livre de poche » (1915), puis « Fama » (1920, avec la Mode nationale). Le Petit Écho de la mode lance sa collection, « Stella » (1919), etc. Les auteurs sont nombreux et signent parfois sous plusieurs pseudonymes : T. Trilby (Marie-Thérèse Marnyhac), René d'Anjou (Marie-Renée Meslet), Magali, Max du Veuzit. Un certain nombre d'auteurs qui écrivent aussi des romans d'aventures ou des récits policers y publient aussi des romans sentimentaux : Georges Spitzmüller, Arthur Bernède, Georges (Joséphine) Maldague, Pierre Maël, Pierre Decourcelle.

Le genre du roman sentimental est particulièrement illustré en France par trois noms. Delly est le pseudonyme adopté par Marie Petitjean de La Rosière et son frère Frédéric pour signer une centaine de romans de 1903 à 1947. Son œuvre se distingue par une relative variété dans le roman sentimental, où s'ajoutent souvent des éléments mystérieux (meurtres, enlèvements, secrets) et un certain exotisme. Certes, l'aristocratie règne, les valeurs conformistes et catholiques sont nettement affirmées, le conte de fées n'est pas loin (il apparaît parfois dès le titre : Un marquis de Carabas, Comme un conte de fées). Parallèlement, Max du Veuzit (Alphonsine Vavasseur) publia une cinquantaine de romans parfois considérés comme plus audacieux que ceux de Delly. Sans être aussi moralisatrice, elle emprunte aussi à d'autres genres des éléments mystérieux. Le contexte social est toujours occulté, mais ces romans ne cherchent pas à passer pour réalistes. Magali (Jeanne Philbert) commença à publier des romans sentimentaux en 1926, cherchant à renouveler un peu le genre en présentant des héroïnes professionnellement actives. Il existe aussi un roman sentimental plus réaliste dont les auteurs sont le plus souvent des hommes : ainsi Guy de Téramond, auteur de la série à succès « Crimes des danseurs mondains », ou Marcel Priollet. Ce courant est resté productif, dans la mesure où l'on peut y rattacher des auteurs comme Guy des Cars, qui a su trouver une place à part, en recourant à un certain naturalisme au cœur d'une fiction sentimentale dont les protagonistes sont presque toujours des marginaux, voire des monstres

À la fin du xxe s., le roman sentimental connut un renouveau et une expansion considérable, à travers le succès commercial de collections populaires à bon marché. Les éditions Harlequin arrivées dans les années 1980 proposèrent de véritables productions en série sur des schémas prédéfinis, avec des séries très spécialisées. Les auteurs sont plutôt des rédacteurs écrivant d'après des cahiers des charges précis. D'autres éditeurs ont lancé des collections concurrentes : « Duo » (Flammarion), « Passion » (Presses de la Cité) et « J'ai lu », qui a l'ambition de rééditer des classiques : Barbara Cartland, Serge et Anne Golon (Angélique), Juliette Benzoni, etc.

Le roman sentimental d'aujourd'hui conserve le scénario traditionnel du conflit amoureux : des obstacles retardent, jusqu'aux dernières pages, la reconnaissance de l'amour, qui n'est plus symbolisée par le mariage seul, mais, de plus en plus souvent, par des relations sexuelles. C'est dans l'invention et la mise en place des obstacles que se manifeste essentiellement l'inventivité de l'auteur.

Parfois traité de mystificateur, de niaisement optimiste, tournant le dos à la vérité des rapports sociaux, le roman sentimental reste un grand pourvoyeur de rêves.