En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

poésie cosmique

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Ce courant du lyrisme allemand, né autour de 1900, renonce à décrire la réalité du monde visible et à saisir les émotions humaines, considérant que la réalité première est le moi lyrique. Le poète met l'homme au contact du monde invisible. À la suite de Spitteler, les « cosmiques » recomposent des mythologies, souvent aussi confuses que démesurées. On peut distinguer le groupe de Munich, proche de George, avec Wolfskehl, Schuler, Derleth et Klages ; le groupe de la revue Charon avec Otto zur Linde et Pannwitz, ainsi que quelques isolés comme Däubler, Dauthendey, Mombert et Morgenstern. Ces poètes annoncent l'expressionnisme.