En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

nouvelle dramaturgie napolitaine

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Mouvance théâtrale italienne.

Après la disparition d'Eduardo De Filippo, la dramaturgie napolitaine a trouvé un nouveau souffle, dont témoigne l'anthologie Après Eduardo. Nouvelle dramaturgie à Naples (1988), qui réunit les textes de Manlio Santanelli (Bellavita Carolina), de Enzo Moscato (Pièce noire) et de Annibale Ruccello, depuis tragiquement disparu (Ferdinando). En effet, à partir des années 1980, Naples devient un pôle essentiel dans la production théâtrale italienne. Moscato écrit Rasoirs (1991), Récidive (1995), et Santanelli, Aberration des étoiles (1988) et Baise-main (1994). L'affirmation de ce théâtre est due à sa capacité à s'enrichir d'autres expériences artistiques (le théâtre de recherche de Leo De Berardinis, le cinéma de Mario Martone, le jeu d'acteurs comme Renato Carpentieri, Antonio Neiwiller, Toni Servillo). Une nouvelle vision de Naples est à la base de toutes ces expériences, qui, grâce à un travail approfondi sur la narration et sur la langue (notamment dialectale), représentent une ville dont le patrimoine mythique est moins le prétexte au comique, comme le voulait la tradition, que l'affirmation d'un nouveau tragique.