En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

mawgun

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Genre littéraire birman.

Composés de vers de 14 syllabes, par des auteurs indifféremment religieux ou laïques, les mawgun retracent sur le mode épique les hauts faits accomplis par les rois, les victoires militaires, ou l'édification de pagodes ou de monastères. Leur champ d'inspiration s'élargit à partir du xviiie s. : biographies d'ermites ou essais sur la cosmographie. Le premier mawgun est l'œuvre de Shin Thwe Nyo et date de 1472 : il décrit le roi descendant l'Irrawaddy pour aller mater une rébellion. Les autres poèmes célèbres appartenant à ce genre sont dus à Zeya Yandammeit et Shin Than Ko, qui évoqua l'acquisition d'un éléphant blanc par le roi. Le maître incontesté du genre demeure néanmoins le poète Nawadé le Petit (1755-1840).