En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

manifeste

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Texte bref, publié en brochure ou dans un journal, une revue, par un groupe politique, philosophique, artistique, pour définir ses vues, son programme ou justifier son action, le manifeste entre dans la terminologie littéraire avec le Tableau historique et critique de la poésie française et du théâtre français au xvie siècle (1828) de Sainte-Beuve, qui compare la Défense et Illustration de la Pléiade au « manifeste d'une insurrection soudaine ». Texte à la fois de rupture et de fondation, le manifeste avant la lettre peut, sous une forme « froide », prendre l'aspect d'un essai critique (Discours de la tragédie, de Corneille, 1660 ; les Parallèles, de Perrault, 1688-1697 ; Racine et Shakespeare, de Stendhal, 1823), d'une préface (Préface de Cromwell, de Hugo, 1827), d'une série d'articles de presse (le Roman expérimental, de Zola, 1879-1880). Le manifeste représente un jalon dans l'histoire des idéologies et des formes de représentation, même s'il ne fait parfois que transférer dans le domaine littéraire des modèles ou des données déjà expérimentés dans les systèmes politiques ou scientifiques. Critique dans son propos et utopique dans son projet (celui-ci est présenté comme engageant non seulement la littérature, mais la culture dans son ensemble), il est lié à l'avant-garde comme système obligé de « déconditionnement » de la création littéraire : ainsi du Manifeste du symbolisme de Moréas publié dans le Figaro du 18 septembre 1886 (suivi en 1891 de son Manifeste de l'école romane), du Manifeste du naturisme (1897) de Saint-Georges de Bouhélier, du Manifeste du futurisme (1909) de Marinetti et du Manifeste dada (1918), jusqu'aux deux Manifestes du Surréalisme (1924, 1929-1930) de Breton. Cette volonté de complète rénovation est en réalité ambiguë : écrit de combat, le manifeste en appelle à une situation intolérable, majoritairement acceptée, mais suggère cependant la proximité d'un public capable de le recevoir ; il tente, dans un élan et avec des accents souvent prophétiques, d'asseoir son autorité à partir de thèses qui ne sont pas encore admises (d'où le recours à la séduction ou à la violence polémique) ; enfin, porteur d'une autorité fondatrice, il est lié à une situation datée et transitoire.