En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

hikayat

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Genre littéraire malais et acihais.

Le terme hikayat vient de l'arabe, mais alors qu'il signifie dans cette langue « courte anecdote en prose », il a pris en malais le sens de « longue histoire en prose » et en acihais celui de « longue histoire en vers ». Les hikayat malais sont généralement anonymes et leur date de composition n'est pas indiquée (si un manuscrit comporte une date, il s'agit de celle de la copie et non pas de celle de la création de l'œuvre). Dans l'état actuel des recherches, le plus ancien hikayat malais serait Hikayat Muhammad Hanafiyyah (Histoire de Muhammad Hanafiyyah), datant du xive s. et qui serait la traduction d'un texte persan. Certains hikayat malais sont des originaux, chroniques mi-légendaires, mi-historiques comme Hikayat Raja Pasai (Histoire des rois de Pasai), épopées (Hikayat Hang Tuah), contes (Hikayat Pelanduk Jinaka), d'autres sont des adaptations, Hikayat Sri Rama (adaptation du Ramayana, Hikayat Pandawa Jaya, adaptation du Mahabharata, Hikayat Panji Semirang, l'une des adaptations d'histoires en javanais ayant pour héros Panji – ou des traductions. Beaucoup ont un caractère religieux marqué : on trouve ainsi des hikayat qui relatent les divers moments de la vie de Mahomet (Hikayat Nur Muhammad [Histoire de la lumière de Mahomet]) ou qui ont pour personnages les compagnons du Prophète (Hikayat Tamin Ad-Dari), les propagateurs ou les héros de l'islam (Hikayat Iskandar Zulkarnain, Hikayat Amir Hamzah).