En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

gikuyu

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Peu de textes écrits en gikuyu, langue parlée au Kenya autour du mont éponyme, existent avant le milieu du xxe siècle. Seule l'œuvre de Gakaara Wa Wanjau émerge avec une série de brochures et de romans d'amour éducatifs dans une perspective chrétienne. L'auteur, éditeur indépendant, actif dans les milieux politiques, raconte aussi sa détention dans les camps d'internement lors de la rébellion Mau-Mau (1954-1958) et obtient le prix Noma en 1984 pour son récit. Au même moment, Ngugi Wa Thiongo, écrivain anglophone réputé, commence à écrire en gikuyu des pièces de théâtre politique (Je me marierai quand je le voudrai, 1980), puis des romans (le Diable en croix, 1980 ; Matigari, 1982) qui rompent avec le didactisme chrétien des brochures précédentes et montrent une voie originale pour l'avenir des littératures de l'Afrique.