En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

roman d'espionnage

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Des éléments d'espionnage apparaissent dans les premiers romans policiers avec la Lettre volée (1845) d'Edgar Poe, les exploits du Sherlock Holmes de Conan Doyle dans le Traité naval (1893) et Son dernier coup d'archet (1917), ou ceux de l'Arsène Lupin de Maurice Leblanc dans l'Éclat d'obus (1915) et le Triangle d'or (1921), ou encore dans Rouletabille chez Krupp de Gaston Leroux (1918). Mais le genre va devenir rapidement autonome en Grande-Bretagne. William Le Queux met son pays en garde contre l'étranger (England's Perils, 1899) ; Sax Rohmer traque le fourbe Fu Manchu (1916), et Valentine Williams, le dangereux Pied Bot (1918). Comme le relèvent Boileau-Narcejac (le Roman policier, 1964), l'espion est au début un personnage abject cantonné aux plus mauvais feuilletons de la littérature populaire. À l'instar de Sapper (Cyril McNeile) et son Bulldog Drummond (1918), dernier rempart de l'Angleterre contre l'étranger, les héros positifs vont prendre le devant de la scène. Si, en France, le capitaine Danrit (Émile Cyprien Driant) s'était lancé dans le même style patriotard (la Guerre de demain, 1889-1991 ; l'Invasion jaune, 1906), c'est la Grande Guerre qui provoqua un engouement profond et durable pour les exploits des combattants de l'ombre. Les années 1920 virent naître la collection « La guerre des cerveaux » de Charles Lucieto, avec son agent James Nobody. Le succès se poursuivit dans les années 1930 avec les séries « Les dessous de l'espionnage » de Robert Boucard, « La bataille dans l'ombre » et « Guerre secrète » de Jean Bardanne, « Ceux du S.R. » de Ch. Robert-Dumas, « Mémoires de guerre » du commandant Ladoux. Le public se lassait de récits trop documentaires : Jean Bommart avec le Poisson chinois (1934) et Pierre Nord avec Double Crime sur la ligne Maginot (1936) tentèrent un nouvel amalgame entre roman d'espionnage et roman policier. Bien plus tard, Antoine Dominique et le colonel Rémy, après avoir publié des souvenirs sur la Résistance, leur emboîtèrent le pas ; le premier avec son Gorille (1953), le second avec son Monocle (1960). Eric Ambler (Frontières des ténèbres, 1936) et Graham Greene (l'Agent secret, 1939), eux aussi, avaient préféré éviter la propagande grossière en montrant des êtres désabusés ne croyant plus aux valeurs proposées par l'Angleterre et le monde occidental. Peter Cheyney, au contraire, mettant à l'écart ses héros Lemmy Caution et Slim Callaghan, revient à l'espionnage pour soutenir l'effort de guerre avec sa série « Dark » (Duel dans l'ombre, 1942). La guerre froide va favoriser des récits manichéens où l'Occident représente le Bien opposé au Mal, incarné par la Russie et un tiers-monde tenté par le communisme. D'interminables séries populaires à la gloire des services secrets occidentaux vont paraître : Coplan FX 18, TTX 75, Suzuki, Le Général, James Bond, Matt Helm. On y exploite les stéréotypes et fantasmes collectifs en insistant sur un sadisme et un érotisme complaisants, en particulier avec Jean Bruce (OSS 117) et Gérard de Villiers (SAS). Mais, dans le monde des séries, Maxime Delamare, avec ses agents du S.D.E.C.E, Jean Mazarin, avec son Julien Jendrejeski, et Georges J. Arnaud, avec le Commander et la Mamma, préféreront s'en prendre au rôle néfaste de la C.I.A. D'autres aussi refuseront de magnifier les prouesses des services secrets : John Le Carré (l'Espion qui venait du froid, 1963), Brian Freemantle (Vieil ami, adieu !, 1973), K. R. Dwyer (l'Opération Libellule, 1975), George Markstein (Espion, lève-toi !, 1977), Peter Schmidt (On travaille dans le génie, 1985). Len Deighton (Ipcress, danger immédiat, 1965) avait suivi la même voie pour dévier vers l'uchronie avec SS-GB (1969), où il imagine les conséquences de l'invasion de l'Angleterre par les Allemands en 1941. D'autres opteront pour la politique-fiction : Frederick Forsyth (Chacal, 1971 ; Icône, 1996), Robert Ludlum (le Week-end Osterman, 1972), Walter Wager (le Code, 1975), Ken Follett (l'Arme à l'œil, 1979). Francis Ryck (Opération Millibar, 1966 ; Paris va mourir, 1969) ou Vladimir Volkoff (le Retournement, 1979 ; le Montage, 1982) voulurent changer de voie et exploreront, entre autres, le vaste domaine de la manipulation. L'humour, voire la parodie, existait aussi grâce à Charles Exbrayat (Joyeux Noël, Tony, 1964), à Lawrence Block avec Tanner, son espion insomniaque, ou à Peter O'Donnell avec Modesty Blaise, une James Bond au féminin. La guerre froide terminée, un tournant s'amorça dans le genre. S'imposèrent alors les gros pavés où l'action est freinée par des exposés sur la géopolitique, les nouvelles technologies militaires, le clonage, les O.G.M., sans oublier le terrorisme ou l'islamisme. Tom Clancy (Octobre rouge, 1984), Eric Lustbader (White Ninja, 1990), Michael DiMercurio (Opération Seawolf, 1993), Stephen Coonts (le Cavalier rouge, 1994) prétendent ainsi tout révéler sur un futur proche. Une nouvelle mutation est à espérer.