En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

conservatisme

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Aux États-Unis, le conservatisme marque la littérature par la référence à l'ordre des classes sociales et à la distinction essentielle entre réforme et changement. Il n'implique pas un dessein proprement réactionnaire, ni une rigoureuse orthodoxie idéologique – Pound et Eliot en sont des contre-exemples. De Washington Irving à Cozzens, le conservatisme paraît attaché à saisir le mouvement de la nation. Il assure chez Hawthorne les pouvoirs de la fancy, chez Henry James la perception du monde, chez Henry Adams la définition de l'histoire contemporaine en termes d'énergie, chez Santayana l'examen des antinomies culturelles. Il marque l'affirmation nette d'un ordre intellectuel et moral chez Irving Babbitt et les néohumanistes, et la recherche de l'enracinement chez Tate et Ransom. Il suscite une systématique littéraire avec la Nouvelle Critique.