En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

littérature bugis

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

La littérature bugis est l'expression d'un des quatre principaux groupes ethniques de la province de Célèbes-Sud, en Indonésie. Une grande partie de cette littérature est écrite à l'aide d'un alphabet de type indien, et conservée sous forme de manuscrits. Aujourd'hui, seule la littérature orale est encore vivante. On relève des formes poétiques, commes les sure' et les élong (« chants »), et des œuvres en prose (lontara'). Le chef-d'œuvre de la littérature bugis est un cycle de récits épico-mythiques, la Galigo, qui, pour de nombreux Bugis, a encore un caractère sacré : on ne possède pas la totalité de l'œuvre ; elle est connue grâce à un grand nombre de manuscrits qui en relatent des épisodes ou des fragments d'épisodes ; en éliminant les versions parallèles et les variantes, ces manuscrits représenteraient environ six mille pages. Cette littérature rassemble également des textes historiques comme les chroniques (attoriolong), les généalogies, les listes dynastiques, les traités (ulu ada), des journaux ou livres de raison (lontara' bilang), genre propre aux Bugis et sans équivalent ailleurs en Indonésie, des poèmes héroïques (tolo), des textes sapientiaux, sortes de recueils de conseils de sagesse dont le plus connu est la Toa, des textes religieux dont certains sont des traductions de hikayat malais.