En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

littérature aymara

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Les Aymaras, qui avec les Quechuas forment le deuxième groupe ethnique des Andes, passèrent sous la domination des Incas, lorsque ceux-ci étendirent leur suzeraineté sur la quasi-totalité de la zone andine. Leurs traditions, croyances et coutumes se fondirent dans la culture inca et subirent le même sort que cette dernière lors de la conquête espagnole. Seuls quelques très rares contes et fables précolombiens ont subsisté comme l'Histoire de Ts'iju et de Urpu (Ts'iju désignant l'Ombre, et Urpu, le Nuage). Le même métissage que chez les Quechuas s'est produit entre mythologie et croyances précolombiennes, d'une part, et traditions chrétiennes, d'autre part. Dans le panthéon aymara, San Felipe côtoie Pachamama, la Terre-Mère. Les rituels sont le plus souvent dirigés par le Yatiri (le magicien) ; il sait les prières, libations et sacrifices appropriés à chaque occasion et à chaque divinité et rend un culte particulier aux Samiri et aux Mal'ku, esprits protecteurs des hommes, des animaux, des maisons.