En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

avant-garde de Cracovie

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

courant poétique polonais de l'entre-deux-guerres, formé au début des années 1920 à Cracovie par Tadeusz Peiper (1891-1969), Jan Przybos (1901-1970), J. Brzękowski (1903-1983), mais aussi Tytus Czyżewski (1885-1945) rassemblés autour de la revue l'Aiguillage (1922-1927). Ils s'opposent au courant « Skamander » dont ils dénoncent le lyrisme tandis qu'ils revendiquent la maîtrise de l'esprit. Ils rompent avec le vers syllabotonique et favorisent un vers dense en métaphores. Rationalistes, admirateurs des technologies nouvelles, socialistes de conviction (Peiper parle de « rimes socialistes »), ils considèrent le poème comme un objet autonome qui ne dépend d'aucun message traduisible en prose, mais doit convaincre le lecteur par une sorte de contamination intellectuelle. La poésie est l'expression privilégiée de la vie de la société moderne, urbanisée et industrialisée. La ville, les masses laborieuses, la machine en constituent les thèmes centraux. Le rôle du poète est compris comme celui d'un « artisan des mots », dont le travail dans la matière de la langue est comparable à celui d'un ouvrier.