En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

José Zorrilla y Moral

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète espagnol (Valladolid 1817 – Madrid 1893).

Poète lyrique, il occupe une place de tout premier rang dans la poésie romantique espagnole et il devint populaire grâce à ses légendes, à ses traditions nationales, racontées en des vers pittoresques et faciles (Chants du troubadour, 1840-1841 ; Fleurs perdues, 1843). À ce genre se rattachent son énorme poème historique resté inachevé, Grenade (1852), et la Légende du Cid (1882), romancero moderne sur un sujet traditionnel. Ses drames, empruntés en grande partie à l'histoire légendaire de l'Espagne (le Savetier et le Roi, 1840 ; le Poignard du Goth, 1843), connurent un grand succès. La plus célèbre de ses pièces – et sans aucun doute la plus populaire du théâtre espagnol – est Don Juan Tenorio (1844), drame religieux et fantastique inspiré en partie par Tirso de Molina et renouvelant le thème de Don Juan. Chantre de la religion et du nationalisme, Zorrilla n'en demeure pas moins le dramaturge et le poète le plus important et le plus brillant de son temps.