En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Zhang Xianliang

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancier chinois (né en 1936).

Un poème de 1957, écrit alors qu'il est professeur, le Chant de la bourrasque, lui vaut l'étiquette de droitier et vingt-deux années d'exil dans les steppes du Ningxia, où il restera, même réhabilité (1979). Sa nouvelle l'Âme et la chair (1980) le rend célèbre grâce au film qui en est tiré, le Gardien de chevaux. Son diptyque, Mimosa (1984) et la Moitié de l'homme, c'est la femme (1985), met en scène le même personnage, un intellectuel soumis à l'épreuve du camp de travail ; le second volet, surtout, pose, pour la première fois dans la Chine maoïste puritaine, la question de la misère sexuelle de ceux, innombrables, qui ont subi la même continence forcée, l'impuissance sexuelle du héros étant la métaphore de la stérilité à laquelle tant d'années de plomb ont condamné le peuple chinois. Son roman La mort est une habitude (1989) revient sur l'expérience du camp de travail et aborde le thème de la dégradation intellectuelle qui en résulte.